ASTEE : Gains écologiques et réduction des risques d’inondation liés aux opérations de réhabilitation de petites rivières urbaines

Structure

ASTEE

Localisation

Nanterre (92)

Contrat

STAGE de 6 mois

Mission(s)

Cadre du stage
L’ASTEE a mis en place en 2016 un groupe de travail national sur la réhabilitation des petites rivières urbaines . Ce groupe, qui comprend une vingtaine de membres, est composé de collectivités, d’Agences de l’eau, de bureaux d’études, de chercheurs et d’associations.

Ce groupe a d’ores et déjà échangé au cours d’une réunion sur des pistes de travail :
- Recenser des opérations emblématiques sur le territoire national ;
- Analyser les besoins des différents acteurs : élus, services techniques, bureaux d’études,… ;
- Identifier des pistes pour y répondre collectivement.

Pour nourrir les réflexions de ce groupe, l’ASTEE a décidé d’engager différents travaux dans le cadre de stages.

En 2016, un stage court a été réalisé et a permis d’effectuer un premier recensement des opérations de restauration de petites rivières urbaines. En 2017 l’ASTEE souhaite engager deux stages pour poursuivre la réflexion.

Contenu du stage
Pour 2017, les deux stages envisagés concernent les thèmes suivants :
- Gains écologiques et réduction des risques d’inondation liés aux opérations de réhabilitation de petites rivières urbaines,
- Rôle de la réhabilitation des petites rivières urbaines dans les opérations d’aménagements urbains

Gains écologiques et réduction des risques d’inondation liés aux opérations de réhabilitation des petites rivières urbaines.

L’objectif du stage est d’analyser, à partir d’un descriptif d’opérations réalisées, dans quelle mesure la réhabilitation des petites rivières urbaines permet de restaurer un bon état ou un bon potentiel écologique et/ou de réduire les risques d’inondation.

Dans un premier temps le stagiaire complètera le recensement des opérations de réhabilitation des petites rivières à l’échelle du territoire français engagé en 2016. Il s’attachera à rechercher une certaine exhaustivité concernant les opérations dont la restauration de la qualité des eaux et/ou la réduction des risques d’inondation constituent un objectif majeur. Pour ce faire, il s’appuiera sur les connaissances des membres du groupe de travail et de leurs réseaux, exploitera les bases de données existantes et prendra contact avec les collectivités concernées. Il approfondira le travail de de caractérisation de la typologie des petites rivières urbaines et de structuration des données. Pour ce dernier point il se rapprochera des organismes gestionnaires de ce type d’information, les services de l’Agence Française de la Biodiversité notamment.

A partir de ce recensement, le stagiaire sélectionnera un ensemble d’opérations qui au regard de la restauration de l’état des cours d’eau et de la réduction des risques d’inondation sont significatives et exploitables. Autant que possible l’échantillon sélectionné devra être représentatif des différents types de rivières urbaines et opérations de restauration recensés.

Sur la base de cet échantillon, le stagiaire conduira une analyse détaillée. Il s’agira de caractériser les types d’aménagement mis en œuvre et d’en évaluer l’efficacité. Il exploitera pour ce faire les résultats des dispositifs de suivi mis en place et complètera son analyse en rencontrant les interlocuteurs concernés et en effectuant des visites de terrain. Il est attendu un retour d’expérience sur le rapport coûts/bénéfices des aménagements. Au-delà des performances techniques des aménagements, il est également recherché au travers de ce stage une analyse de la perception par les différentes parties prenantes du volet gains écologiques et prévention des inondations des opérations de restauration analysées.


Organisation et déroulement des stages
Les deux stagiaires travailleront en totale synergie. Cela concernera la poursuite du recensement engagé en 2016 mais également l’analyse des opérations réalisées. En effet il pourra s’avérer qu’une même opération couvre les deux sujets de stage.

Les stagiaires participeront de façon active à l’animation du groupe de travail de l’ASTEE « petites rivières urbaines ». Ils auront en charge la mise à jour régulière d’un dispositif d’information des membres du groupe de travail quant aux démarches engagées, résultats obtenus, recherches d’informations, interrogations... Avec le responsable du groupe de travail (Gilles Warot) et l’adjointe à la directrice générale de l’ASTEE (Solène Le Fur), ils seront associés à l’organisation des réunions du groupe de travail (ordre du jour, présentation, compte rendu). Lors de ces réunions, l’avancement des réflexions engagées dans le cadre de ces stages sera soumis à discussion. Les membres du groupe de travail pourront à cette occasion émettre des avis sur l’orientation des travaux des stagiaires. En effet ces travaux de stage contribueront à produire en 2018 un document à destination des collectivités et des différentes parties prenantes de ce type d’opération afin de les aider dans leurs démarches (méthodes, retour d’expériences, mise en réseau d’acteurs,…). Les travaux engagés dans le cadre de ces stages devront être donc conduits dans cet objectif.

Le stage présenté ici sera encadré par l’adjointe à la directrice générale de l’ASTEE, Solène Le Fur et sera basé à Nanterre au siège de l’ASTEE (dans les locaux de l’Agence de L’Eau Seine Normandie). L’autre stage sera encadré par Gilles Warot, Directeur développement et innovation en environnement de la société SCE, qui pour le compte de l’ASTEE assure le pilotage du groupe de travail « Petites Rivières Urbaines ». Cet autre stage sera basé à Nantes. Des moyens seront mis à disposition des stagiaires pour assurer une communication efficace entre les deux sites de stage et avec le groupe de travail : visioconférence, site de partage d’information,…

Les stagiaires auront également à leur disposition les moyens nécessaires pour se déplacer sur le terrain afin de rencontrer les acteurs concernés et visiter les sites. Tous les frais liés aux déplacements sur les sites et auprès des acteurs seront intégralement pris en charge (transport, hébergement, nourriture).

Profil recherché

Formation :
- Diplôme universitaire (Master) ou grandes écoles avec composantes Ecologie et Fonctionnement des milieux aquatiques

Expérience souhaitée

Compétences :
- Connaissance de la DCE
- Connaissances en hydrologie, hydraulique, hydromorphologie et en hydrobiologie
- Connaissance des enjeux des collectivités territoriales
- Bonne expression orale, capacité à communiquer
- Aisance rédactionnelle, esprit de synthèse
- Capacité d'organisation et rigueur
- Sérieux, motivation, curiosité

Salaire

3,60€ par heure de travail

Contact

Envoyer CV + LM avant le 26 février 2017 à recrutement@astee.org, avec pour référence « stages PRU-gains écologiques ».
This entry in not available in your language