Association des professionnels de l’eau et des déchets
Créée en 1905, reconnue d’utilité publique
04 Avr.

Rejoignez nos nouveaux groupes de travail !

Ouverture intempestive des bouches d’incendie : la commission Eau potable souhaite créer un groupe de travail sur ce phénomène et l’ouvrir à plusieurs champs professionnels (urbanistes, SDIS, représentants de l’ordre public, etc.). L’un des objectifs sera de présenter des retours d’expérience de collectivités et de distributeurs d’eau potable concernés. Plus d’informations auprès d’Adeline Clifford (adeline.clifford@astee.org).

Water safety plans (PGSSE) : ce groupe de travail initié par la commission eau potable de l’Astee tiendra sa première réunion à la fin du mois d’avril 2018. Il sera co-animé par Madame Nathalie Franques de la Direction Générale de la Santé, Monsieur Lionel Rimbaud de l’Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine, et Monsieur Fabien Boulanger de Sourcéo (production d’eau de la MEL). Le premier objectif du groupe de travail va être de rédiger un document d’appui méthodologique aux collectivités pour la mise en place des PGSSE. Plus précisément, le groupe va se concentrer sur l’étude de dangers, qui est la 1ère étape du PGSSE, et de son « calibrage ». Plus d’information auprès d’Adeline Clifford (adeline.clifford@astee.org).

Les effets redistributifs et en termes d’impayés des tarifs de l’eau : La commission eau potable souhaite créer un groupe de travail sur ce sujet, piloté par Bernard Barraqué. Il s’agit d’une part d’échanger sur les difficultés et leviers à la mise en œuvre d’un tarif de l’eau, notamment en ce qui concerne l’évolution des impayés, et d’autre part, d’évaluer sa redistributivité réelle en le testant sur une variété d’abonnés. Les personnes intéressées à rejoindre ce groupe de travail sont invitées à en faire la demande auprès d’Adeline Clifford (adeline.clifford@astee.org).

Déchets de chantier des artisans : la commission Déchets et propreté a souhaité enrichir le recensement des freins et leviers au développement des filières de collecte et de traitement à travers les témoignages de différents acteurs. Dans ce cadre, une journée de réflexion s’est déroulée en mars 2017. La synthèse et les recommandations associées ont fait l’objet d’une publication. Les freins au développement des filières de collecte et de traitement des déchets des artisans peuvent être multiples, liés aux financements, aux aspects juridiques, aux compétences ou aux contraintes techniques ou logistiques. A l’issue de cette première réflexion, un groupe de travail est mis en place dont l’objectif est la co-production et la diffusion d’outils de sensibilisation de l’ensemble de la chaîne d’acteurs, d’outils permettant de diffuser les pratiques exemplaires et d’outils d’aide à l’émergence de filières. Plus d’informations : margot.leroy-terquem@astee.org et carine.morin-batut@astee.org