Association des professionnels de l’eau et des déchets
Créée en 1905, reconnue d’utilité publique

INGÉNIERIE ÉCOLOGIQUE APPLIQUÉE AUX MILIEUX AQUATIQUES. POUR QUI ? POUR QUELS BÉNÉFICES?

Les projets impliquant l’ingénierie écologique sont, la plupart du temps, mono-objectifs, alors que répondre à plusieurs finalités est souvent la vocation et la plus-value de l’ingénierie écologique. Cet ouvrage à destination des décideurs de la gestion de l’eau et des milieux aquatiques, met en évidence, pour les projets d’ingénierie écologique appliqués aux milieux aquatiques, les bénéfices ainsi que les bénéficiaires associés, en mettant l’accent sur le caractère multi-bénéfices de ces projets.

En effet, les actions d’ingénierie écologique peuvent engendrer divers bénéfices, c’est-à-dire des gains, des profits ou des avantages d’ordres écologique, social ou économique. Elles sont multifonctionnelles et génèrent ainsi plusieurs bénéfices d’ampleurs différentes pour plusieurs bénéficiaires. Lors de la conception d’un projet d’ingénierie écologique, l’identification des bénéfices (et des inconvénients) qui pourront être développés par la solution préconisée, qu’ils soient écologiques, sociaux ou économiques, est importante. Ces bénéfices peuvent être qualitatifs ou quantitatifs. Ils peuvent également être évalués monétairement ou non. L’identification des bénéficiaires potentiels d’un projet passe par une identification des changements de fonctionnement du milieu, à l’origine des préjudices subis par des personnes. L’identification, la caractérisation et la priorisation des bénéficiaires peut permettre de définir le ou les plus importants pour les décideurs.

La présentation de 17 retours d’expériences vient illustrer quatre sous-chapitres de cet ouvrage dont l’objet est de mettre en avant le caractère multi-bénéfices des projets d’ingénierie écologique à travers quatre grands types d’actions, correspondant chacun à un domaine d’application de l’ingénierie écologique :

  • la restauration du lit d’un cours d’eau et la lutte contre les inondations,
  • la gestion des eaux pluviales en milieu urbain et péri-urbain,
  • l’amélioration de la qualité de l’eau des milieux aquatiques à l’interface péri-urbain/agricole,
  • la création d’habitats en zone portuaire le long des petits fonds côtiers.